NOS CLIENTS TÉMOIGNENT

Eric SAURIN, Directeur Administratif et Financier – Restructuration Cave Coopérative de Monségur (AOP Bordeaux) en 2010

« Selon moi, la principale force d’INGEVIN vient de son équipe qui a une connaissance très large des process, qui lui confère sa grande expérience.

Enfin, un chantier aussi pointu, représentant 5 millions d’euros, n’aurait jamais pu être réalisé en six mois de temps, sans un très bon suivi des travaux et ce, aussi bien en bâtiment qu’en process ».

Denis DEGACHE Directeur de la Cave coopérative de Crouseilles (AOP Madiran) – Restructuration de la Cave en 2008

« Le cabinet INGEVIN nous a particulièrement aidé à repenser le travail en Cave. Ainsi, nous avons pu recentrer les outils essentiels dans le cœur de Cave avec pour fil rouge une logique fonctionnelle Parallèlement, nous avons augmenté notre capacité de stockage en jouant sur deux leviers : en optimisant l’utilisation de la cuverie existante grâce à un outil de chauffage de la vendange ; mais aussi en implantant un nouveau cuvier tout prés du cœur de Cave ».

« INGEVIN nous a permis d’augmenter notre capacité de logement sans créer de nouveau bâtiment et en conservant une Cave regroupée.

A noter que cet investissement a permis également, et à l’initiative d’INGEVIN, la mise en place d’un outil de supervision qui fiabilise nos procédés ».

Jean-Pierre DEGIOANNI, Président de la Cave de Saint-Maximin (AOP Côtes de Provence) – Construction d’une nouvelle Cave coopérative en 2012

« Tout d’abord, le spécialiste de la valorisation foncière, partenaire d’INGEVIN, nous a permis de vendre au mieux le terrain  où était implantée l’ancienne Cave.  En nous évitant les nombreux pièges dans lesquels nous aurions pu tomber, car le dossier était complexe attendu que  la vente doit s’étaler en deux étapes, sur trois ans ».

« Le résultat le plus marquant du travail d’INGEVIN, est certainement la pertinence de l’outil qu’ils ont conçu pour nos objectifs, il est très fonctionnel et nous permet d’élaborer des rosés très pâles, qui correspondent à la demande du marché.

Le deuxième point très important est que lors de la consultation des entreprises, autant en bâtiment qu’en process, les chefs de projet ont très bien défendu nos intérêts, car ils avaient une connaissance pointue des besoins nécessités par notre projet ».

« Enfin, si le chantier a pu être mené à bien en 8 mois, c’est aussi grâce à un très bon suivi de chantier. Des réunions hebdomadaires ont eu lieu avec chaque responsable par corps de métier. D’autant qu’il s’agissait de récupérer du matériel existant de l’ancienne cave. Seuls, nous n’aurions pas pu gérer aussi bien ce chantier, où parfois 7 à 8 entreprises intervenaient en même temps. Ils ont fait respecter  les délais ayant une parfaite connaissance du travail à accomplir et des moyens nécessaires à leur mise en œuvre ».

Daniel CHARTOUNY, Directeur administratif et financier du Château Kefraya, au LIBAN – Restructuration d’une Cave particulière en 2010

« INGEVIN nous a proposé une nouvelle perspective, par rapport à celle que nous avions en interne. Alors que nous étions restés bloqués dans une continuité de l’existant, INGEVIN a de suite identifié un espace existant que nous pouvions réaménager. Ce fût déterminant, car nous manquions de place et ne pouvions construire qu’une surface réduite.

Ils ont compris notre problématique et ont su prendre en considération les particularités de notre site et de notre pays, le Liban ».

« Concernant l’analyse des offres process, nous avons apprécié de pouvoir visiter les sites de production de ces fournisseurs, en France, sur deux à trois jours. Suite à ces visites, à l’analyse détaillée des offres et après négociation, nous avons été en mesure de choisir nous même les fournisseurs.

Concernant le respect des délais, je donnerai un avis favorable, car nous avons vendangé à la date prévue, même s’il y a eu quelques petits dérapages, consécutifs à des particularités du pays ou à des changements de priorité de notre part. Malgré l’éloignement, INGEVIN a vite réagi à ces changements et a correctement suivi notre chantier process, où intervenaient essentiellement des entreprises françaises ».